Menu Close

Le Laboratoire de télématique biomédicale

La technologie au service des chercheurs en santé respiratoire

Le mandat du laboratoire de télématique biomédicale (LTB) est de promouvoir l’utilisation de la télématique et de développer des applications informatiques spécialisées pour appuyer les projets de recherche des axes de recherche et des membres du RSR. Situé au Centre de Recherche du CHUS, le LTB offre un support logistique constant pour former les personnels de recherche, assurer le maintient des équipements et faciliter les communications et la visibilité du Réseau. À ce chapitre, c’est le LTB qui conçoit, héberge et met à jour le site Web du Réseau. De plus, le LTB fait l’analyse et génère les devis de support informatique pour les projets proposés par les chercheurs en santé respiratoire qui appliquent aux différentes agences subventionnaires externes au FRQS.

L'équipe

Le Directeur du LTB est le Dr Éric Rousseau. Éric Rousseau est professeur titulaire à la Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé de l’Université de Sherbrooke depuis 1988. Il dirige son laboratoire « Le Bilarium », qui est spécialisé en électrophysiologie cellulaire, biochimie et pharmacologie des eïcosanoïds de nouvelle génération. Il s’intéresse à l’étude des mécanismes de régulation des canaux ioniques des membranes des muscles lisses des voies respiratoires. Son équipe pilote deux projets sur les tissus humains : BroncHUS et AsthmUS.  Il dirige le LTB depuis sa création en 1995.

M Yvan Fortier est coordonnateur informatique au LTB.
M Fortier est titulaire d’un baccalauréat en gestion de l’information et des systèmes de l’Université de Sherbrooke. Depuis 2000, M Fortier a participé et supervisé la création de plusieurs applications informatiques. Il est de plus webmestre pour le site web du Réseau.

Mme Mina Dligui est analyste-programmeure au LTB.
Mina Dligui est titulaire d’un baccalauréat en informatique de gestion de l’Université de Sherbrooke. Depuis 2008, Mme Dligui a travaillé sur la programmation d’applications pour plusieurs projets de recherche, notamment en soins critiques respiratoires, en infection pulmonaire et en MPOC.

Réalisations

CAPP est un projet pilote qui vise à mieux comprendre le fonctionnement du pessaire dans la prévention de la prématurité. Il éclairera les pouvoirs publics dans la prise de décision sur l’utilisation du pessaire dans le but de prolonger la grossesse et améliorer la santé des nouveau-nés. capp.crc.chus.qc.ca

Col-debout est un projet du Dr Jean-Charles Pasquier, obstétricien-gynécologue au CHUS, qui vise à détecter les risques de prématurité par la mesure de l’angle du col de l’utérus en position debout. Col-debout réuni des centres du Canada et d’Europe tel le CHUS de Sherbrooke, le CHU de Laval, l’Hôpital général juif de Montréal et les hôpitaux universitaires de Genève (Suisse) et de Toulouse (France). www.coldebout.ca

RESP est une banque de données contenant des informations sur des patients adultes souffrant d’asthme ou de MPOC, traités dans les cliniques de pneumologie de l’ HSCM et du CHUS. Pour être inclus et invités à faire partie de la banque de données, les patients doivent être âgés de 18 ans et plus et avoir un diagnostic d’asthme ou de MPOC confirmé par un pneumologue de l’HSCM ou du CHUS. RESP est un projet sous la supervision de Dre Lucie Blais de l’HSCM.

Le projet de recherche ARIA a pour objectif principal de construire une banque de données cliniques chez des adultes souffrant d’asthme sévère traités à la clinique externe de pneumologie du CIUSSS de l’Estrie-CHUS. Le projet est piloté par Dr Pierre Larivée, pneumologue et professeur titulaire à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke.

La Biobanque du RSR utilise une application informatique nommée BTRSR. Celle-ci permet la mise en commun de prélèvements tout en conservant l’unicité de chacun des centres participants. Cette méthode de fonctionnement propose une banque virtuelle composée des informations reliées aux prélèvements qui sont mises en commun sur un serveur central tandis que les prélèvements sont conservés dans chacun des centres. Cela permet aux chercheurs de bénéficier de toute la portée d’un réseau de banques fonctionnant en commun selon des critères établis et d’augmenter la possibilité d’obtenir des prélèvements plus rares dans certains champs de recherche grâce à la participation de plusieurs centres.  http://biobanque.ca

Le principal objectif de PARDIE est de mieux comprendre les implications de la nouvelle définition de la SDRA pédiatrique de la nouvelle Conférence pédiatrique de consensus sur les traumatismes pulmonaires aigus (PALICC) sur l’incidence et l’épidémiologie de la SDRA pédiatrique. PARDIE regroupe 169 centres aux États-Unis, au Canada et dans le reste du monde.

Le projet BTRE vise à mettre en place une biobanque de tissus respiratoires équins. Le projet est sous la supervision du Dr Jean-Pierre Lavoie, vétérinaire et professeur titulaire à la faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal. BTRE regroupe 6 centres du Canada et des États-Unis. http://www.btre.ca

Assess iNo est une étude multicentrique, prospective et observationelle sur la diversité dans les modèles de pratique de l’iNO dans les unités de soins intensifs néonatals et pédiatriques au Canada. Assess iNo est sous la supervision du Dr Philippe Jouvet, intensiviste au CHU Ste-Justine de Montréal.

INOX. La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) représente un problème majeur de santé au Canada. Parmi les Canadiens âgés de 55 ans et plus, le taux de prévalence de la maladie est d’environ 6%. Environ 750 000 Canadiens souffrent de la maladie. La MPOC constitue la quatrième cause de mortalité chez les hommes âgés de 65 ans et plus et la septième chez les femmes âgées de 65 ans et plus. L’oxygénothérapie continue est l’une des rares composantes de la gestion de la MPOC qui améliore la survie. Les avantages cliniques de l’oxygénothérapie nocturne n’ont pas encore été confirmés. L’étude « International Nocturnal Oxygen » (INOX) tentera de répondre à cette question.

CanCOLD est une étude de cohorte prospective, multi-centrique, conduite à travers le Canada et dédiée à une compréhension et une meilleure gestion de la Maladie Pulmonaire Obstructive Chronique (MPOC) pour en réduire les impacts. Cette cohorte, qui suivra une population de patients MPOC dans le temps, est la première du genre au Canada et devrait se terminer en 2023. Le LTB participe à l’étude CanCOLD par la création de l’application informatique qui supportera la collecte d’information. www.cancold.ca

PICFlu est une étude multicentrique sur l’épidémilogie génétique de patients atteints d’Influenza dans les unités de soins intensifs pédiatriques du réseau PALISI. Les virus de l’Influenza A et B sont responsables à chaque année de la mort de centaines de miliers de personnes à travers le monde et sont la cause de coûts qui se chiffrent en milliards de dollars. Les personnes agées, les enfants et certaines personnes avec des conditions de santé particulières comme l’asthme ou une déficience du système immunitaire, constituent une population à haut risque d’une complication due au virus de l’Influenza.

Pangea est une étude prospective internationale sur la prévalence ponctuelle avec un suivi des résultats pour enquêter sur l’épidémiologie de la maladie neurologique aiguë critique chez les enfants. Elle implique plus de 84 centres dans 14 pays. 

Le projet PALIVE 1 est une étude épidémiologique en soins intensifs pédiatriques, notamment sur la pratique de ventilation mécanique sur des enfants intubés souffrant de problèmes respiratoires aigus (Acute Lung Injury, ALI) et de syndrome de détresse respiratoire aigu (Acute Respiratory Distress Syndrome, ARDS). L’étude à été menée sur des sujets de moins de 18 ans provenant du Canada, des États-Unis et d’Europe. PALIVE 1 est une application web qui permet la saisie d’une douzaine de formulaires en ligne, la gestion des informations par centre et un module de randomisation des sujets.

TB-ERA3 est une étude randomisée sur l’efficacité d’un traitement de 4 mois au Rifampin versus 9 mois Inh pour le traitement de la Tuberculose latente: phase3. Le projet implique 18 centres répartis sur 5 continents. Au Canada et dans la plupart des pays industrialisés, l’incidence de la tuberculose a chuté dramatiquement au début des années 1900 jusqu’à la fin des années 70, mais depuis on note un ralentissement du déclin et la tuberculose constitue encore une cause importante de morbidité et de mortalité dans les populations à risque.